You are currently browsing the monthly archive for juillet 2008.

Table des Matières

1- ‘Lettre Pastorale’ de Son Eminence Youhanna (Yazigi), métropolite nouvellement élu pour l’Europe Occidentale et Centrale. Page 5

2- Synaxaire de l’hiéromartyr « Ya’coub » Jacob de Hamatoura. Récit paru sur le site du monastère dédié à la dormition de la Mère de Dieu à Hamatoura. Page 9

3- « Les épreuves du prêtre »; Article publié dans le bulletin du monastère du Saint Archange Michel – Nahr Baskinta, numéro 24 du 8 novembre 2004. Page 13

4- Eléments de l’homélie pascale de Monseigneur Elias (Audé) de Beyrouth publiés dans le quotidien libanais An Nahar le 29 avril 2008. Page 17

5- « La dimension verticale et la dimension horizontale » article de Monseigneur Georges (Khodr) du Mont Liban, publié dans le quotidien An Nahar le 15 septembre 2007. Page 20

Tous les articles de ce numéro sont traduits par les soins de la Rédaction.

bulletin-9-mars-juin-2008

Publicités

Ma face t’a cherché, c’est Ta face Seigneur que je cherche ! Ne détourne pas de moi Ta face, et dans ta colère, ne t’éloigne pas de ton serviteur; Sois mon secours, ne me délaisse pas, ne m’abandonne pas, Dieu mon sauveur ! (Ps.26).

Source: « Icône et Tradition »

Les écrits des Pères Apostoliques, Foi Vivante – Les Editions du CERF

Demeurez donc en ces sentiments, et suivez l’exemple du Seigneur, fermes et inébranlables dans la foi, aimant vos frères, vous aimant les uns les autres, unis dans la vérité , vous attendant les uns les autres dans la douceur du Seigneur, ne méprisant personne. Quand vous pouvez faire le bien, ne différez pas, car « l’aumône délivre de la mort » (Tb. 12,9). « Soyez tous soumis les uns les autres, gardant une conduite irréprochable parmi les païens, pour que vos bonnes œuvres » (1P. 2,12) vous attirent la louange, et que le Seigneur ne soit pas blasphémé à cause de vous. « Mais malheur à celui qui fait blasphémer le nom du Seigneur » (Is.52,5). Enseignez à tous la sagesse dans laquelle vous vivez vous-mêmes.

Voici la liste des délégations des églises orthodoxes présentes aux festivités. La délégation du Patriarcat d’Antioche est composée du Métropolite Elias (Kfouri) de Tyr et Sidon, l’évêque Niphon (Saykali) de Philippopol, l’archimandrite Jacques (Khalil) et de Iskandar Kfouri.

Jean-Pierre Denis, directeur de la rédaction du site « La Vie« , donne ici un avis concernant le débat sur le christianisme en Algérie: « Nous avons donné la parole à tous les courants de pensée, publié vos nombreuses lettres. Ce reportage permet de plonger au coeur de la crise. Certains condamnent en bloc le courant « évangélique», dénonçant une annonce superficielle de la foi. Mais il répond aussi à de vraies attentes spirituelles laissées sans réponse par nos sociétés repues. Sa vitalité interpelle toutes les vieilles Églises. Sa complexité aussi : d’un côté, des origines non contrôlées, des méthodes contestables ; de l’autre, un enthousiasme rafraîchissant, une audace, une parole franche et accessible à tous. La question sensible touche à l’évangélisation. Pas question d’y renoncer. La mission s’inscrit dans la vie même de la foi et les évangéliques sont ici un aiguillon. Mais il s’agit de témoigner de la bonne nouvelle du Christ ressuscité, venu à la rencontre de chaque personne et de chaque culture, et non de faire du chiffre. D’où l’importance à nos yeux du dialogue, du discernement et du témoignage de vie totalement désintéressé. »

Avec la bénédiction de Son éminence le Métropolite Georges du Mont Liban, le R. Archimandrite Ephrem (Kyriakos) higoumène du monastère de l’Archange Michel à Baskinta-Nahr Bekaata a célébré la Divine Lturgie le samedi 12 juillet au monastère dédidé à l’Annonciation à la Mère de Dieu à Hamat, casa de Batroun au Liban nord, autrement connu sous le nom de Notre Dame de la Lumière « Saydet al Nouriyé ». Au cours de l’office concélébré par l’higoumène du dit monastère le R. Archimandrite Georges (Safiti) et d’autres prêtres, en présence de la R. Mère Antonina du monastère de la dormition de la Mère de Dieu à Kaftoun, de nombreuses moniales et fidèles, le R.P. Ephrem a revêtu la moniale Porphiria du Grand Habit Angélique et reçu la soeur Catherine dans le Rasophorat.

Source: Bulletin diocésain Raïati 3008 du 27 juillet 2008

Les Exposés, n° 1 (trad. SC 349, p. 210 rev.)

« Les fondations, personne ne peut en poser d’autres que celles qui existent déjà : ces fondations, c’est Jésus Christ » (1Co 3,11)

Un roi ne demeure pas dans une maison qui est vide de tous biens ; il n’y habite pas. Mais toute une ornementation de maison est demandée par le roi, en sorte qu’il ne manque rien… Ainsi en est-il de l’homme qui est devenu une maison d’habitation pour le Christ-Messie : il pourvoit à ce qui convient au service du Messie qui habite en lui, aux choses qui lui plaisent.

En effet, il construit d’abord son édifice sur la pierre, c’est-à-dire le Messie lui-même. Sur cette pierre est posée la foi, et sur la foi s’élève tout l’édifice. Pour que la maison devienne sa demeure, on lui demande le jeûne pur, établi sur la foi. On lui demande la prière pure, reçue dans la foi. Il lui faut l’amour, monté sur la foi. Il lui faut aussi les aumônes, données avec foi. Qu’il demande l’humilité, aimée avec foi. Qu’il choisisse pour lui la virginité, chérie dans la foi. Qu’il amène chez lui la sainteté, plantée sur la foi. Qu’il médite aussi la sagesse, trouvée dans la foi. Qu’il demande aussi pour lui la condition d’étranger, profitable dans la foi. Il lui faudra la simplicité, mêlée à la foi. Qu’il demande encore la patience, qui est accomplie par la foi. Qu’il se rende perspicace par la douceur, qui est acquise par la foi. Qu’il aime la pénitence, qui apparaît à la foi. Qu’il demande aussi la pureté, gardée par la foi… Voilà les oeuvres demandées par le roi Messie, qui habite dans les hommes qui se construisent par de telles oeuvres. La foi en effet est composée de maintes choses et se pare de maintes couleurs, car elle est semblable à un édifice construit de matériaux multiples et son édifice s’élève jusqu’en haut…

Ainsi en est-il de notre foi : sa fondation est la vraie pierre, notre Seigneur Jésus le Messie… Cette fondation, c’est la base de tout l’édifice. Si quelqu’un accède à la foi, il est posé sur le roc, c’est-à-dire notre Seigneur Jésus le Messie. Et son édifice ne sera pas ébranlé par les flots, ni endommagé par les vents, il ne tombera pas dans les tempêtes, car cet édifice s’élève sur le roc, le vrai fondement.

Les écrits des Pères Apostoliques, Foi Vivante – Les Editions du CERF

Je vous exhorte donc tous à obéir à la parole de justice, et à persévérer dans la patience que vous avez vue de vos yeux, non seulement dans les bienheureux Ignace, Zosime et Rufus, mais aussi en d’autres qui étaient de chez vous, et en Paul lui-même et les autres Apôtres; persuadés que tous ceux-là n’ont pas couru en vain (Ga.1,2; Ph.2,16), mais bien dans la foi et la justice, et qu’ils sont dans le lieu qui leur était dû près du Seigneur avec qui ils ont souffert.

« Ils n’ont pas aimé le siècle présent » (cf. 2Tm.4,10), mais bien celui qui est mort pour nous, et que Dieu a ressuscité pour nous.

« Le Seigneur est le Pasteur qui me conduit… » Ps. 22, cette icône est la dernière mis en ligne sur le site « Icône et Tradition« .

Le convoi de la Sainte Croix est arrivé hier en fin d’après-midi aux abords de Beit Méry où une procession s’est organisée, traversant la commune, les prêtres se succédant pour la porter avec honneur jusqu’à l’église dédiée à Saint Elie. Tout au long de son parcours, la procession fut accompagnée des sons des cloches, des chants byzantins dont celui du tropaire de la Croix « Sauve Seigneur ton peuple et bénis ton héritage, accorde à tes fidèles la victoire sur l’ennemi; sauvegarde par Ta Croix tous ceux qui t’appartiennent! » et des tambours des scouts orthodoxes.

Devant l’église se tenait Monseigneur Bénédictos, le Métropolite d’Amman (Philadelphie), avec une foule de fidèles qui a rempli l’église et la place autour. Son Eminence prit le reliquaire en forme de Croix contenant une relique de la Sainte Croix de notre Seigneur ainsi qu’une pierre du Golgotha et une autre du Saint Sépulcre et traversa la nef de l’église en bénissant les fidèles. A son arrivée devant les Portes Saintes, et après une bénédiction solennelle dans les trois directions, l’office des Vêpres de la fête de Saint Elie, présidé par Monseigneur Georges du Mont Liban, fut célébré.

Les fidèles de tout âge qui s’étaient rassemblés en grand nombre ont pu à la fin de l’office vénérer et baiser le reliquaire. L’église sera ouverte pour la vénération dimanche matin à partir de 7h et restera ouverte après la Divine Liturgie de la fête jusqu’à minuit.

Source: An Nahar

Homélies sur Saint Matthieu, n° 3

Si vous voulez être grand, n’en tirez pas orgueil comme le Pharisien de la parabole (Lc 18,9s), et alors vous serez vraiment grand. Croyez que vous êtes sans mérite, et alors vous en aurez. Le publicain, lui, s’est reconnu pécheur et ainsi il est devenu juste ; combien plus le juste qui se reconnaît pécheur verra-t-il sa justice et ses mérites s’agrandir ! Car l’humilité fait du pécheur un juste, puisqu’il reconnaît la vérité de sa vie ; et dans l’âme des justes l’humilité véritable agit encore plus puissamment.

Ne perdez donc pas par la vaine gloire le fruit que vous aurez gagné par vos travaux, le salaire de vos peines, la récompense des labeurs de votre vie. Dieu connaît mieux que vous-même le bien que vous faites. Un simple verre d’eau fraîche sera récompensé. Dieu agrée la plus petite aumône, ou si vous ne pouvez rien donner, même un soupir de compassion. Il accueille tout, se souviendra de tout pour vous le rendre au centuple.

Cessons donc de compter nos mérites et de les étaler au grand jour. Si nous chantons nos mérites, nous ne serons pas loués par Dieu. Gémissons plutôt sur notre misère, et Dieu nous élèvera aux yeux des autres. Il ne veut pas que le fruit de nos labeurs se perde. Dans son amour ardent il veut couronner nos plus petites actions ; il cherche toutes les occasions pour nous délivrer de la géhenne.

Des reliques de la Sainte Croix, du rocher du Golgotha, où cet instrument de supplice a été planté et de la tombe où le Christ a été déposé après sa mort sont attendues samedi soir au Liban, venant de Amman. À l’origine propriété du patriarcat de Jérusalem, les saintes reliques, scellées dans un reliquaire métallique en forme de croix, sont transportées par l’évêque (de Philadelphie) d’Amman capitale de la Jordanie, Benedictos Tsykoras, qui en a la garde depuis quatre ans. Elles seront exposées à la vénération des fidèles, en l’église Saint-Élie des grecs-orthodoxes, à Beit-Méry, de samedi soir à lundi soir, a annoncé le prêtre de cette paroisse, le père Harès Ibrahim.
Les reliques seront accueillies à l’aéroport de Beyrouth par les dignitaires de l’Eglise. Ensuite, une procession sera organisée à Beit-Méry, à partir de 18 heures, elle s’achèvera par l’office des vêpres, à 20 heures, célébré par Mgr Georges Khodr, métropolite du Mont-Liban.

Dimanche, ce dernier concélèbrera la messe à 9 heures, avec l’évêque d’Amman. Lundi, la Divine Liturgie sera célébrée, à 8 heures, par le Père Ephrem (Kyriakos) higoumène du monastère Mar Mikhaël- Beqaata.

Source: L’Orient Le Jour

Les écrits des Pères Apostoliques, Foi Vivante – Les Editions du CERF

Soyons donc sans cesse fermement attachés à notre espérance et au gage de notre justice, le Christ Jésus, « qui a porté nos fautes en Son corps sur le bois » (cf. 1P. 2,24), « qui n’a pas commis de péché et on n’a pas trouvé de fausseté en Sa bouche » (1P. 2,22); mais pour nous, pour que nous vivions en Lui, Il a tout supporté.

Soyons donc les imitateurs de sa patience, et si nous souffrons pour Son nom, rendons-Lui gloire. C’est ce modèle qi’Il nous a présenté en Lui-même, et c’est cela que nous avons cru.

Que me fait la multitude de vos sacrifices, dit le Seigneur ? Les holocaustes de béliers, la graisse des veaux, j’en suis rassasié. Le sang des taureaux, des agneaux et des boucs, je n’en veux plus.
Quand vous venez vous présenter devant moi, qui vous demande de fouler mes parvis ? Cessez d’apporter de vaines offrandes : l’encens, je l’ai en horreur ! Nouvelles lunes, sabbats, assemblées, je n’en puis plus des forfaits et des fêtes.
Vos nouvelles lunes et vos solennités, je les déteste. Elles me sont un fardeau et je suis las de les supporter. Quand vous étendez les mains, je me voile les yeux. Vous avez beau multiplier les prières, je n’écoute pas : vos mains sont pleines de sang.
Lavez-vous, purifiez-vous, ôtez de ma vue vos actions mauvaises, cessez de faire le mal. Apprenez à faire le bien : recherchez la justice, mettez au pas l’oppresseur, faites droit à l’orphelin, prenez la défense de la veuve. (…) Si vos péchés sont comme l’écarlate, ils deviendront blancs comme la neige. S’ils sont rouges comme le vermillon, ils deviendront comme de la laine.

Le vendredi 27 juin a eu lieu la cérémonie de remise de diplômes à la promotion de l’année 2008 des étudiants de l’institut de Théologie Orthodoxe Saint Jean Damascène à Balamand. La cérémonie a débuté avec l’office des Vêpres présidé par Son Eminence le Métropolite Georges du Mont Liban et desservi par le R. Archimandrite Isaac Barakat, higoumène du monastère de la Dormition de la Mère de Dieu à Balamand. Le nombre des diplômés s’élevait à 22 étudiants, 20 ont obtenu leur licence et 2 la maîtrise. Ensuite, un buffet a été offert par l’institut en l’honneur des nouveaux diplômés et de leurs familles.

Le Pasteur (trad. coll. Icthus, v.1, p. 168)

Chasse de ton âme le doute, n’hésite jamais à adresser à Dieu ta prière, en te disant : « Comment pourrais-je prier, comment pourrais-je être exaucé, après avoir tant offensé Dieu ? » Ne raisonne pas ainsi ; mais tourne-toi de tout ton coeur vers le Seigneur, et prie-le avec une pleine confiance. Tu connaîtras alors l’étendue de sa miséricorde ; tu verras que, loin de t’abandonner, il comblera les désirs de ton coeur. Car Dieu n’est pas comme les hommes qui gardent le souvenir du mal ; chez lui, pas de ressentiment, mais une tendre compassion envers ses créatures. Purifie donc ton coeur de toutes les vanités du monde, du mal et du péché…, et prie le Seigneur. Tu obtiendras tout…, si ta prière est faite avec une entière confiance. Mais si le doute se glisse dans ton coeur, aucune de tes demandes ne sera exaucée. Ceux qui doutent de Dieu sont des âmes doubles ; ils n’obtiennent rien de ce qu’ils demandent… Quiconque doute, à moins de se convertir, sera difficilement exaucé et sauvé. Purifie donc ton âme du doute, revêts-toi de la foi, car elle est puissante, et crois fermement que Dieu exaucera toutes tes demandes. Et s’il arrive qu’il tarde un peu à exaucer ta prière, ne retombe pas dans le doute pour n’avoir pas obtenu tout de suite ce que tu demandes ; ce retard est pour te faire grandir dans la foi. Ne cesse donc pas de demander ce que tu désires… Garde-toi du doute : il est pernicieux et insensé, il déracine la foi chez beaucoup, même chez ceux qui étaient très fermes… La foi est forte et puissante ; elle promet tout et elle réussit en tout ; le doute, faute de confiance, échoue en tout.

La paroisse saint Ignace le Théophore a célébré le dimanche 6 juillet le dernier office avant les vacances d’été. La reprise des célébrations est prévue, avec l’aide de Dieu, pour le dimanche 07 septembre de l’année en cours.

Le saint synode du Patriarcat Orthodoxe de Roumanie, réuni le 8 et 9 juillet sous la présidence de sa Béatitude le Patriarche Daniel, est revenu sur les évènements (concélébration et communion avec des membres du clergé catholique) qui ont eu lieu ces derniers temps. Il a réaffirmé, à ce sujet « qu’il n’est permis, sur la base de l’unité de la Foi et l’unité de l’Eglise toute entière, à aucun membre du clergé ou des laïcs orthodoxes de recevoir la communion eucharistique dans une église non orthodoxe, ceux qui l’ont déjà fait ne doivent pas recommencer… Cela ne doit pas interrompre le dialogue théologique et l’entraide dans le domaine de la charité, mais au contraire, nous considérons qu’un dialogue théologique profond et sincère peut nous aider à redéfinir les différences dogmatiques qui nous séparent de l’église catholique. En même temps, il est important que le clergé orthodoxe, les laïcs et les moines n’usent pas d’une manière passionnelle de termes lourds tels que « hérésie », « hérétique », « apostasie » et « trahison » contre des frères orthodoxes ou bien d’autres chrétiens parce que souvent sous le prétexte de défendre l’Orthodoxie, nous créons la confusion dans nos âmes en séparant la Vraie Foi de l’humble charité chrétienne… »

Site du patriarcat de Roumanie

Les écrits des Pères Apostoliques, Foi Vivante – Les Editions du CERF

« Quiconque, en effet, ne confesse pas que Jésus Christ est venu dans la chair, est un antéchrist » (cf. 1Jn. 4,2-3), et celui qui ne confesse pas le témoignage de la Croix est du diable, et celui qui détourne les dits du Seigneur selon ses propres désirs, et qui nie la Résurrection et le Jugement, est le premier-né de Satan. C’est pourquoi abandonnons les vains discours de la foule et les fausses doctrines, et revenons à l’enseignement qui nous a été transmis dès le commencement; restons sobres pour pouvoir prier (cf. 1P, 4,7), persévérons dans les jeûnes, suppliant dans nos prières le Dieu qui voit tout de ne pas nous laisser succomber à la tentation (Mt.6,1), car, le Seigneur l’a dit, « l’esprit est prompte, mais la chair est faible » (Mt. 26,41).

Consulter le lien: http://www.flickr.com/photos/ay/

« Il a tracé une croix pour fixer les quatre points cardinaux ; il a agité le Souffle primitif, afin de produire les deux principes. Les ténèbres et le vide se transformèrent, et le ciel et la terre s’ouvrirent ; le soleil et la lune se murent, et les jours et les nuits existèrent. Il ouvra et parfit les dix mille êtres ; il réalisa et dressa le premier homme. Spécialement, il le doua d’une harmonie excellente ; il lui conféra l’hégémonie sur l’immensité des créatures. La nature de l’homme, dans son état primitif, était impassible et ne s’enflait pas ; son cœur, d’une candeur uniforme, était à l’origine sans appétits. Mais il advint que Satan usa d’imposture, et para d’ornements l’essence pure. Il intercala l’égalité de grandeur au milieu de ceci qui était bien ; il inséra l’identité mystérieuse à l’intérieur de cela qui fut mal. Les uns ont désigné des objets créés et les ont invoqués comme leurs Seigneurs ; d’autres ont fait le vide avec l’être et par là les ont anéantis tous deux ; d’autres ont adressé des prières et des sacrifices pour demander le bonheur ; d’autres ont fait parade de vertu pour en imposer à autrui. Leurs pensées s’agitaient ; leurs passions peinaient. Accablés de fatigue, ils n’obtenaient rien et, brûlés et tourmentés, ils se consumaient tour à tour ; dans l’accumulation des ténèbres, ils avaient perdu la route, et depuis longtemps s’éloignaient du retour excellent.

C’est alors que la personne divisée de notre Unité Trine, le Vénérable Radieux Messie, rentrant et voilant sa Majesté véritable, vint au monde semblable aux hommes. Un ange publia la bonne nouvelle, et une Vierge enfanta le Saint dans le Ta-ts’in (Da Qin, l’Orient méditerranéen) ; un astre radieux annonça l’heureux événement, et la Perse, ayant vu son éclat, vint offrir des présents. Le Messie accomplit la Loi ancienne (l’Ancien Testament) qui avait été formulée par les vingt-quatre saints pour gouverner les familles et les empires selon le grand modèle ; il établit la doctrine nouvelle, qui ne s’exprime pas en paroles, de l’Esprit Saint de l’Unité Trine, pour former à la pratique vertueuse selon la foi correcte.

Comme loi, ses disciples baptisent par l’eau et par l’Esprit qui, lavant les vains ornements, purifient dans la simplicité et la candeur ; comme sceau, ils tiennent la croix qui, joignant les quatre directions lumineuses, unit sans distinction. Par le bois qu’ils frappent, ils font retentir les sons de la charité et de la bienfaisance ; par le rite vers l’orient, ils se rendent à la route de la Vie et de la Gloire. Ils gardent la barbe, parce qu’ils agissent au-dehors ; ils rasent le sommet du crâne, parce qu’ils n’ont pas de passions intérieures. Ils n’entretiennent pas d’esclaves, ne distinguant pas chez autrui de classes nobles ou viles ; ils n’amassent pas de richesses, donnant pour eux-mêmes l’exemple du renoncement absolu. Leurs jeûnes se complètent par la retraite et la méditation ; leurs défenses s’affermissent par la tranquillité et la vigilance. A sept heures du jour, ils ont des hymnes rituelles, aidant grandement les vivants et les morts ; tous les sept jours, ils célèbrent un service, purifiant le cœur et lui rendant sa candeur. Cette doctrine véritable et éternelle, elle est transcendante, et ainsi difficile à nommer ; comme sa pratique méritoire est éclatante, nous la nommerons, en nous forçant, la Religion Radieuse. »

(Cf. le livre « Chrétiens d’Orient sur la route de la soie » ) texte du VII ou VIIIème siècle.

Moniale Eliane du Saint Monastère du Buisson Ardent

Le Métropolite d’Akkar Basilios (Mansour) élu par le saint synode du patriarcat d’Antioche dans sa session du 17 juin a été intronisé hier à « Cheikhtaba » siège de la métropole d’Akkar. Des centaines de personnes ont accompagné le convoi à travers la frontière libano-syrienne et dans les rues des villages qu’il a emprunté avant d’arriver à l’évêché. Son Eminence le Métropolite Spiridon de Zahlé lui a tendu la « Crosse » et l’a accompagné jusqu’à l’église du Saint Sauveur où un office d’action de grâce a été célébré. L’évêque Lucas (Khoury), vicaire patriarcal, a donné lecture de l’édit signé du Patriarche officialisant la prise de fonction du nouveau Métropolite. De nombreux officiels étaient présents ainsi que des dignitaires musulmans de la région et de nombreux prêtres du diocèse ainsi que des représentants de Sa Béatitude Ignace IV et des autres diocèses du patriarcat dont son Eminence Youhanna, le Métropolite également élu à la même séance du 17 juin pour le siège de l’Europe Occidentale et Centrale.

Source: An Nahar

Le saint monastère dédié au Précurseur du Seigneur à Douma – Batroun, a célébré le 24 juin dernier la fête de la nativité de son saint patron. Son Eminence le Métropolite Georges du Mont Liban a présidé la Divine Liturgie et prononcé une allocution dont nous traduisons quelques extraits: « Nous sommes éblouis, frères, par les larges pans que les quatre évangiles consacrent à Jean. Sa mémoire, sa naissance et son martyr in fine, occupent une place importante dans le Livre Saint. Il me semble que le but de tous ces textes le concernant, c’est que la prophétie s’étant interrompue en Israël depuis longtemps, le Seigneur a voulu envoyer le dernier des prophètes pour établir en la personne de Jean le lien entre l’ancienne alliance et la nouvelle. Ainsi notre saint inaugure ou prépare l’inauguration d’une nouvelle ère. Etonnant aussi que son père et sa mère l’aient appelé ensemble et sans consultation préalable Jean « Youhanna », ce qui dans leur langue veut dire: « Dieu eut pitié ou Dieu a fait miséricorde ».

Comment le Seigneur a-t-il eu pitié de son peuple ? C’est en envoyant le Christ au monde qu’Il l’a fait. Notre saint est celui qui a dit de Jésus: « Voici l’agneau de Dieu qui ôte le péché du monde ». Il a voulu que le peuple se repente et qu’il se prépare à accueillir le Sauveur par le baptême qu’il annonçait. Il a aussi été l’instrument du salut apporté au monde en baptisant le Seigneur. Voici l’Agneau de Dieu que le Père a préparé en offrande avant la création du monde comme nous dit l’Ecriture, c’est à dire l’Agneau à travers lequel Dieu a aimé le monde. Jean est celui qui a explicité ce qui se déroulait avec des mots limpides et non avec les symboles que nous avons reçu des anciens prophètes… »

Source: Bulletin diocésain \’Raïati\’ n° 27 du 6 juillet 2008

Contre les hérésies, IV, 14 (trad. SC 100, p. 537 rev.)

« Ainsi…il donnera la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donnés »

Au commencement ce n’était pas parce qu’il avait besoin de l’homme que Dieu a modelé Adam, mais pour avoir quelqu’un en qui déposer ses bienfaits. Car non seulement avant Adam, mais avant même la création, le Verbe glorifiait le Père, tout en demeurant en lui, et il était glorifié par le Père, comme il le dit lui-même : « Père, glorifie-moi de la gloire que j’avais auprès de toi avant le commencement du monde ». Ce n’était pas davantage parce qu’il avait besoin de notre service qu’il nous a commandé de le suivre, mais pour nous procurer le salut. Car suivre le Sauveur c’est avoir part au salut, comme suivre la lumière c’est avoir part à la lumière.

Lorsque des hommes sont dans la lumière, ce ne sont pas eux qui illuminent la lumière et la font resplendir, mais ils sont illuminés et rendus resplendissants par elle ; loin de lui apporter quoi que ce soit, ils bénéficient de la lumière et en sont illuminés. Ainsi en va-t-il du service envers Dieu ; notre service n’apporte rien à Dieu, car Dieu n’a pas besoin du service des hommes ; mais, à ceux qui le servent et qui le suivent, Dieu donne la vie, l’incorruptibilité et la gloire éternelle…

Si Dieu sollicite le service des hommes, c’est pour pouvoir, lui qui est bon et miséricordieux, accorder ses bienfaits à ceux qui persévèrent dans son service. Car, si Dieu n’a besoin de rien, l’homme a besoin de la communion de Dieu. La gloire de l’homme, c’est de persévérer dans le service de Dieu. C’est pourquoi le Seigneur disait à ses disciples : « Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, mais moi qui vous ai choisis » (Jn 15,16). Il indiquait par là que ce n’étaient pas eux qui le glorifiaient en le suivant, mais que, pour avoir suivi le Fils de Dieu, ils étaient glorifiés par lui. « Père, je veux que là où je suis, eux aussi soient avec moi, afin qu’ils contemplent ma gloire » (Jn 17,24).

L’intronisation de Son Eminence Youhanna (Yazigi), nouvellement élu par le Saint Synode du Patriarcat Orthodoxe d’Antioche, aura lieu le samedi 20 septembre 17h à la cathédrale grecque – 7, rue Georges Bizet à Paris. Le dimanche 21 septembre, le Métropolite concélèbrera la Divine Liturgie à 10h, avec des représentants des églises orthodoxes canoniques en France à la cathédrale grecque dédiée à Saint Stéphane (Etienne) à Paris.

juillet 2008
D L M M J V S
« Juin   Août »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

a

Flickr Photos

Le christianisme orthodoxe..com. L'annuaire des sites web orthodoxes

Blog Stats

  • 241 258 hits

Suivez-nous

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 403 autres abonnés

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :