Correspondance – Éditions de Solesmes

394 – Demande: Le souvenir de la crainte de Dieu me revient souvent et aussitôt je me rappelle le jugement et je suis touché de componction. Comment faut-il accueillir un tel souvenir ?

Réponse de saint Barsanuphe: Quelle que soit l’heure à laquelle se présente à toi ce souvenir, c’est à dire la componction pour  les péchés que tu as commis consciemment ou inconsciemment, veille bien à ce que cela ne vienne pas à l’instigation du diable pour une condamnation plus grave. Et si tu objectes: Comment reconnaîtrai-je la vraie componction et celle qui est d’inspiration diabolique ? écoute:

Chaque fois que te revient le souvenir en question et que tu t’empresses de montrer dans tes œuvres ton amendement, c’est la vraie componction grâce à laquelle sont remis les péchés. Te rends-tu compte au contraire que, touché de componction par le souvenir, tu retombes dans les mêmes fautes ou en de pires encore ? Qu’il soit alors clair pour toi que ce souvenir vient de l’Ennemi, et que celui-ci t’inspire un tel souvenir pour la condamnation de l’âme. Tu as donc là clairement dessinées les deux routes: si tu veux échapper à la condamnation, fuis les œuvres qui y conduisent.

Publicités