Épître de saint Jacques 2,14-24.26.

Mes frères, si quelqu’un prétend avoir la foi, alors qu’il n’agit pas, à quoi cela sert-il ? Cet homme-là peut-il être sauvé par sa foi ?
Supposons que l’un de nos frères ou l’une de nos sœurs n’aient pas de quoi s’habiller, ni de quoi manger tous les jours ; si l’un de vous leur dit : « Rentrez tranquillement chez vous ! Mettez-vous au chaud, et mangez à votre faim ! » et si vous ne leur donnez pas ce que réclame leur corps, à quoi cela sert-il ?
Ainsi donc, celui qui n’agit pas, sa foi est bel et bien morte, et on peut lui dire : « Tu prétends avoir la foi, moi je la mets en pratique. Montre-moi donc ta foi qui n’agit pas ; moi, c’est par mes actes que je te montrerai ma foi.

Tu crois qu’il y a un seul Dieu ? Tu as raison. Les démons, eux aussi, le croient, mais ils tremblent de peur. Pauvre homme, veux-tu une preuve que la foi sans les œuvres ne sert à rien ?
Regarde Abraham notre père : Dieu a fait de lui un juste à cause de ses actes, quand il a offert sur l’autel son fils Isaac. Tu vois bien que sa foi était à l’oeuvre avec ses actes, et ses actes ont rendu sa foi parfaite.
Ainsi s’est accomplie la parole de l’Écriture : Abraham eut foi en Dieu, et de ce fait Dieu estima qu’il était juste, Vous le constatez : l’homme devient juste à cause de ses actes, et pas seulement par sa foi.
En effet, comme le corps qui ne respire plus est mort, la foi qui n’agit pas est morte.

Publicités