Saint Synode octobre 2009Mgr EphremLa quarante cinquième session ordinaire du Saint Synode au Patriarcat d’Antioche a eu lieu au siège du patriarcat à Damas du 06 au 08 octobre de l’année en cours sous la présidence de Sa Béatitude Ignace IV et en présence des saints Pères du synode hormis le Métropolite Philippe (Saliba) d’Amérique du Nord.

Le saint synode, ayant élu dès le premier jour le R.P. Ephrem (Kyriakos) Métropolite du siège vacant de Tripoli et de Koura, a reçu dès le lendemain le nouvel élu en réponse à l’invitation qui lui avait été faite pour recevoir les félicitations des Pères du synode. Sa Béatitude a eu un mot d’accueil au nom de tous les membres du synode disant:

« Je connais Sayyidna Ephrem, son état de service et son engagement. C’est un homme très brillant et un véritable moine. Le moine véritable peut vivre son monachisme là où il veut, sans pour autant faire du diocèse un monastère.  Le diocèse exige un don total de soi. Le Métropolite élu ne nous est pas étranger et à notre rencontre aujourd’hui, je lui ai rappelé ses prises de position au congrès général des diocèses de 1993 où il nous a adressé des paroles rarement prononcées par ailleurs. Je confie le frère élu à vos prières pour son bien-être et le bien-être du diocèse  pour lequel il a été élu. Sa présence parmi nous ajoute un talent et une bénédiction aux talents et aux bénédictions présents dans ce synode. Je prie le Seigneur d’accorder à Sayyidna Ephrem de longues années, l’avenir dira et confirmera comment sont les véritables consacrés. »

Le Métropolite élu a répondu par ces quelques mots: « Je vous remercie Béatitude et saints Pères pour la confiance que vous avez mis en ma personne. Mon espoir est de porter cette responsabilité avec l’aide de Dieu et de vos prières. Je dis que, comme tout être humain, je suis faible, un vase d’argile, et je confesse devant vous que j’ai aimé le Seigneur et cette Église. Je suis prêt à me sacrifier et donner mon sang pour Elle. »

Les Pères du saint synode ont également envoyé des lettres aux présidents de la Syrie et du Liban leur assurant du soutien de l’Église Antiochienne concernant les efforts qu’ils produisent pour le bien de chacun des pays.

La session a permis aussi aux Pères réunis, de discuter des dimensions pastorales de l’Église sous tous les aspects. Ils ont insisté sur le fait que les prêtres des paroisses portent dans les foyers l’enseignement de l’Église et les recommandations du Saint Synode,  afin que la prière soit liée au service du frère et que tous nos fidèles ressentent qu’ils sont aimés et cités avec ferveur dans les sacrements célébrés par leurs pasteurs…

Le saint synode a décidé d’élever Son Excellence l’évêque Niphon (Saykali), représentant de l’Église d’Antioche auprès de l’Église de Moscou, au rang d’Archevêque.

Les saints Pères ont ensuite étudié la situation pastorale dans la région de l’Iskandaroun [en Turquie] et ont pris connaissance des efforts produits pour améliorer cette situation. Ils ont décidé d’établir un plan d’action avec les moyens humains et financiers nécessaires dans le but de montrer aux fidèles de la région qu’ils sont au cœur des préoccupations de l’Église d’Antioche.

Le saint synode s’est longtemps arrêté sur le sujet des échanges entre diocèses voisins et l’importance de la coordination sur les sujets qui se posent et qui exigent une approche commune. Ils ont décidé d’inciter les évêques à avoir des rencontres locales entre eux en cas de nécessité dans le but d’améliorer la coordination de leurs instances et de pouvoir profiter des diverses expériences en relation avec les sujets en question. Cette décision étant valable pour les diocèses établis sur le territoire historique mais aussi pour ceux établis dans les pays de la dispersion.

Et tenant compte du fait que la communication est considérée comme une priorité de nos jours, ce sujet a eu une part importante dans les discussions qui ont eu lieu. Les Pères ont ainsi appris le projet du Patriarcat de mettre en place un bulletin d’information électronique hebdomadaire reprenant des thèmes spirituels et des nouvelles de tous les diocèses du Patriarcat d’Antioche, communiqués par des correspondants locaux. Il a également été décidé de recourir à l’aide de spécialistes dans le but de préparer un projet de communication global au service de l’œuvre pastorale avec des moyens audio et visuel.

Et comme « là où est l’Évêque, là est l’Église » et là où est l’Église, là est l’Évêque, et vu les changements intervenant dans la vie  des diocèses et constatés partout dans le Patriarcat, le synode a délégué l’un des Pères pour préparer une étude sur le développement du rôle de l’évêque dans l’Église Orthodoxe sous tous ses aspects théologique, canonique et historique, afin qu’à la lumière de cette étude le rôle et la place de l’évêque non métropolitain soit de nouveau défini et précisé.

Les saints Pères ont de même décidé d’apporter les annotations nécessaires à l’homogénéisation des offices célébrés par les pasteurs et de mettre à la disposition des prêtres un support leur fournissant les éléments nécessaires à l’accomplissement de cet objectif. Le livre du petit euchologue à l’usage actuellement sera modifié surtout quant aux célébrations des Baptêmes et des mariages.

Les Pères du concile ont également étudié la question des rapports avec les églises orthodoxes sœurs et ont pris connaissance des résultats des réunions des commissions travaillant sur la préparation du Grand et Saint Concile et qui ont  eu lieu à Chambésy en Suisse. Ils ont fait une lecture du rapport établi quant au dialogue entre les Orthodoxes et les Catholiques et ont confirmé après l’avoir approfondi, élevant les prières, le désir de l’Église orthodoxe de voir se réaliser la communion de la charité et l’union entre les églises en Jésus Christ.

L’institut Saint Jean Damascène à  Balamand a occupé à son tour un temps important du synode qui a confirmé que, malgré son aspect académique, l’institut – pépinière des pasteurs antiochiens – fait grandir en ceux-là la sensibilité ecclésiastique et cléricale et les élèvent dans le mystère du Lavement des pieds. Il est le lieu d’une prière continue où la connaissance est promue en esprit de sagesse et de compréhension. C’est sur cette base que le comité synodal, présidé par Sa Béatitude, veille afin que cet objectif reste le pôle d’attraction des étudiants en Théologie.

Publicités