Correspondance – Éditions de Solesmes

375 – Demande du même: Tu m’as dit un jour que, pour l’interrogation à propos des pensées ou sur les choses elles-mêmes, la liberté est bonne. Dis-moi donc en quoi consiste la liberté de l’interrogation.

Réponse de saint Jean : La liberté quant aux pensées, c’est, pour celui qui interroge, de découvrir complètement la pensée à celui qu’il interroge, de n’en rien cacher, ne de la déguiser en quoi que ce soit par honte, ni de la mettre au compte d’un autre mais à son propre compte, comme il en est bien ainsi. Car cela nuit plutôt de la déguiser.

Publicités