Sermon 2 ; PL 40, 655 (trad. Orval)

Pourquoi as-tu peur, Hérode, d’entendre qu’un roi est né ? Il n’est pas venu pour te détrôner mais pour vaincre le démon. Mais toi, tu ne le comprends pas, et tu prends peur et tu entres en fureur. Pour perdre le seul enfant que tu recherches, tu deviens le cruel assassin d’un grand nombre. Ni l’amour des mères en larmes, ni le deuil des pères pleurant leurs fils, ni les cris et les gémissements des enfants ne te retiennent. Tu massacres ces petits dans leurs corps parce que la peur te tue en ton cœur. Et tu penses que, si tu arrives à tes fins, tu pourras vivre longtemps, alors que c’est la vie elle-même que tu cherches à tuer. Celui qui est la source de la grâce, à la fois petit et grand, qui est couché dans une crèche, fait trembler ton trône. Il réalise son dessein par toi mais à ton insu. Il accueille les enfants de ses ennemis et en fait ses enfants d’adoption.

Ces petits meurent pour le Christ sans le savoir ; leurs parents pleurent la mort de martyrs. Alors qu’ils ne savaient pas encore parler, le Christ les rend capables d’être ses témoins. Voilà comment règne ce Roi. Déjà il opère la libération et donne le salut. Mais toi, Hérode, tu ignores tout cela ; tu prends peur et tu entres en fureur. Et quand tu t’irrites contre un petit enfant, tu te mets déjà à son service sans le savoir.

Qu’il est grand le don de la grâce ! Par quels mérites ces enfants ont-ils gagné la victoire ? Ils ne parlent pas encore, et déjà ils confessent le Christ. Leurs corps sont encore incapables d’engager le combat, et déjà ils remportent les palmes de la victoire.

Publicités