La Philocalie – Desclée de Brouwer / J. – C. Lattès, p. 598-599

15- Si tu veux, ajoutons à ce discours élémentaire, comme un sceau en or, quelques mots sur la plus précieuse des créatures de Dieu, celle qui est à l‘image et à la ressemblance : le vivant, doué d’intelligence et de raison, l’homme, le seul entre toutes les créatures qui soit à l’image et à la ressemblance de Dieu.

Tout homme est dit « à l’image », selon la dignité de l’intelligence et celle de l’âme, c’est-à-dire l’incompréhensible, l’invisible, l’immortel, le libre arbitre, mais aussi ce qui originel, ce qui enfante, ce qui édifie.

Et il est dit « à la ressemblance », selon la raison de la vertu et selon ces actes qui portent le nom de Dieu et qui imitent Dieu, c’est-à-dire selon notre comportement bienveillant envers notre semblable : avoir compassion et pitié de notre compagnon de service, l’aimer, faire preuve envers lui de toute miséricorde et de toute charité. « Soyez compatissants, dit en effet le Christ notre Dieu, comme votre Père céleste est compatissant. »

Tout homme porte en lui la création à l’image, car les dons de Dieu sont irrévocables. Mais la création à la ressemblance, rares sont ceux qui la portent : seuls la portent les vertueux, les saints, ceux qui imitent la bonté de Dieu, autant qu’il est possible aux hommes.

Nous aussi, puissions-nous être dignes de son amour pour l’homme, qui dépasse toute bonté, en lui plaisant  par toute œuvre bonne, et en devenant les imitateurs de ceux qui ont plus au Christ depuis l’origine des siècles. Car à lui est la pitié, et à lui reviennent toute gloire, honneur et adoration, ainsi qu’à son Père qui n’a pas de commencement, et à son Esprit Saint, bon et vivifiant, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amin.

Publicités