La Philocalie–Desclée de Brouwer/J.–C. Lattès, p. 155-156

151. Celui qui hait le blâme poursuit délibérément la passion. Mais celui qui l’aime montre qu’il est porté par la tendance.

152. N’écoute pas, lorsqu’on te rapporte les mauvaises actions des autres. Si tu écoutes, les mauvaises actions laisseront en toi des traces.

153. Si tu t’es complu à entendre des méchancetés, ne t’en prends qu’à toi-même, et non à celui qui t’a parlé. Quand ce qu’il écoute est mauvais, celui qui enregistre est lui aussi mauvais.

154. Si tu rencontres des hommes qui parlent pour ne rien dire, considère que tu es responsable de leurs paroles. Même si tu n’es pas responsable en l’occurrence, tu es redevable d’une dette ancienne.

155. Si tu vois quelqu’un te louer avec hypocrisie, attends-toi, le moment venu, à être blâmé par lui.

156. Mets en regard les afflictions présentes et les biens à venir. Et jamais aucune faute de négligence ne te fera relâcher ton combat.

157. Si, parce qu’il t’as rendu un service matériel, tu loues quelqu’un et l’appelle bon sans références à Dieu, le même homme, plus tard, t’apparaîtra mauvais.

158. Tout bien procède providentiellement du Seigneur. Et ceux qui portent les biens en sont les serviteurs.

159. Accueille d’une âme égale l’enchevêtrement des biens et des maux. Et Dieu corrigera  les déséquilibres des choses.

160.  L’instabilité  des pensées transforme ce qui nous est propre. Car Dieu attribue naturellement ce qui ne dépend pas de nous à ce qui relève de notre volonté.

Publicités