La Philocalie–Desclée de Brouwer/J.–C. Lattès, p. 157

181. Si nous ne faisons plus les volontés de la chair, comme dit l’Écriture (Ép. 2, 3), les pulsions cachées au fond de nous cesserons facilement dans le Seigneur.

182. Les images issues fondamentalement de l’intelligence sont plus nocives et plus résistantes. Mais les images issues de la raison les suscitent et les précèdent.

183. Il est une malice qui pénètre  le cœur, quand la tendance est en nous depuis longtemps. Et il est une malice qui nous combat à même la raison, dans les choses quotidiennes.

184. Dieu juge les actes d’après les intentions. Il est dit en effet : « Que le Seigneur te donne selon ton cœur (Ps. 19(20), 5).»

185. Celui qui ne persévère pas à examiner sa conscience n’accueille pas non plus les peines du corps avec piété.

186. La conscience est le livre de la nature. Celui qui le lit assidûment reçoit l’expérience du secours Divin.

187. Celui qui ne choisit pas de souffrir volontairement pour la vérité sera instruit plus durement par les peines qu’il ne veut pas.

188. Celui qui connaît la volonté de Dieu et l’accomplit autant qu’il peut, par les petites peines échappera aux grandes.

189. Celui qui veut vaincre les tentations sans la prière et la patience, ne les repoussera pas. Mais elles l’étreindront davantage.

190. Le Seigneur s’est caché dans ses propres commandements. C’est dans la mesure où ils les observent que le trouvent ceux qui le cherchent.

Publicités