La Philocalie–Desclée de Brouwer/J.–C. Lattès, p. 157-158

191. Ne dis pas : « J’ai observé les commandements, et je n’ai pas trouvé le Seigneur.» Car l’Écriture dit : « Tu as souvent trouvé la connaissance avec la justice. Et ceux qui cherchent avec droiture le Seigneur trouveront la paix (Prov. 16, 8). »

192. La paix est la délivrance des passions. Elle ne saurait se trouver sans l’énergie du Saint-Esprit.

193. Autre chose est la pratique des commandements, et autre chose la vertu, même si elles tirent l’une de l’autre l’origine de leurs biens.

194. Il est dit que la pratique des commandements consiste à faire ce qui est ordonné, et que la vertu est là quand ce qu’on a fait s’accorde avec la vérité.

195. De même que la richesse matérielle est une, mais est répartie en possessions multiples, de même la vertu est une, mais ses œuvres prennent de nombreuses formes.

196. Celui qui raisonne sans œuvrer et ne fait que dire des paroles, est riche d’iniquités. Les fruits de ses peines, selon l’Écriture, iront à des maisons étrangères (Cf. Prov. 5, 10).

197. Il est dit que tout obéit à l’or (Cf. Qo. 10, 19), et que tout ce qui est conçu par l’intelligence est régi par la grâce de Dieu.

198. La bonne conscience s’obtient par la prière, et la prière pure par la conscience. L’une est, en effet, naturellement liée à l’autre.

199. Jacob fit faire à Joseph une tunique de toutes les couleurs (Cf. Gn. 37, 3). Et le Seigneur accorde à l’homme doux la connaissance de la vérité, selon qu’il est écrit : « Le Seigneur enseignera aux hommes doux ses voies (Ps. 24 (25), 9). »

200. Fais toujours le bien autant que tu le peux, et quand tu peux faire plus, ne te tourne pas vers le moins. Il est dit en effet que celui qui regarde en arrière n’est pas propre au Royaume des Cieux (Cf. Lc 9, 62).

Publicités