La Philocalie–Desclée de Brouwer/J.–C. Lattès, p. 163-164

65. Celui qui a découvert que les malheurs du dehors sont liés à la justice de Dieu, a trouvé à la fois la connaissance et la justice en cherchant Dieu (Cf. Prov.16,8).

66. Si tu considères, selon l’Écriture, que les jugements du Seigneur couvrent toute la terre (Ps.104 (105),7), tout événement t’enseignera la connaissance de Dieu.

67. Chacun fait face à son devoir selon sa propre intelligence. Seul Dieu connaît la diversité de la convergence harmonieuse.

68. Quand tu souffres d’être méprisé par les hommes, considère aussitôt la gloire qui te viendra de Dieu. Alors tu ne seras ni attristé, ni troublé par le mépris, et tu seras fidèle et irréprochable devant la gloire, quand elle viendra.

69. Si la bienveillance divine permet que la foule te loue, ne mêle aucune ostentation à la providence du Seigneur, de peur qu’un revirement ne te précipite à l’opposé.

70. La semence ne saurait croître sans terre et sans eau. L’homme ne trouvera pas non plus ce qui lui est utile sans peine assumée et sans secours divin.

71. La pluie ne peut tomber sans nuages. Il n’est pas non plus possible de plaire à Dieu sans une conscience bonne.

72. Ne refuse pas d’apprendre, même si tu es tout à fait sage. Car la providence de Dieu est plus utile que notre sagesse.

Publicités