1Épître de Saint Paul aux Corinthiens 13, 1-13 – Traduction Œcuménique de la Bible (TOB 1988)

1- Quand je parlerais en langues, celle des hommes et celles des anges, s’il me manque l’amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante.

2- Quand j’aurais le don de prophétie, la connaissance de tous les mystères et toute la connaissance, quand j’aurais la foi la plus totale, celle qui transporte les montagnes, s’il me manque l’amour, je ne suis rien.

3- Quand je distribuerais tous mes biens aux affamés, quand je livrerais mon corps aux flammes, s’il me manque l’amour, je n’y gagne rien.

4- L’amour prend patience, l’amour rend service, il ne jalouse pas, il ne plastronne pas, il ne s’enfle d’orgueil,

5- il ne fait rien de laid, il ne cherche pas son intérêt, il ne s’irrite pas, il n’entretient pas de rancune,

6- il ne se réjouit pas de l’injustice, mais il trouve sa joie dans la vérité.

7- Il excuse tout, il croit tout, il espère tout, il endure tout.

8- L’amour ne disparaît jamais. Les prophéties ? Elle seront abolies. Les langues ? elles prendront fin. La connaissance ? elle sera abolie.

9- Car notre connaissance est limitée et limitée notre prophétie.

10- Mais quand viendra la perfection, ce qui est limité sera aboli.

11- Lorsque j’étais enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant. Devenu homme, j’ai mis fin à ce qui était propre à l’enfant.

12- A présent, nous voyons dans un miroir et de façon confuse, mais alors, ce sera face à face. A présent, ma connaissance est limitée, alors, je connaîtrai comme je suis connu.

13- Maintenant donc ces trois-là demeurent, la foi, l’espérance et l’amour, mais l’amour est le plus grand.

Publicités