La Philocalie–Desclée de Brouwer/J.–C. Lattès, p. 169-170

145. La connaissance des choses s’acquiert en proportion de l’observance des commandements. Mais la reconnaissance de la vérité s’acquiert dans la mesure de notre espérance dans le Christ.

146.  Si tu veux être sauvé et parvenir à la reconnaissance de la vérité (Cf. ITm 2,4), efforce-toi sans cesse de dépasser le sensible et de t’attacher à Dieu par la seule espérance. Car lorsque tu seras détourné malgré toi, tu rencontreras les puissances et les pouvoirs qui te combattront de leurs suggestions. Mais tu les vaincras par la prière, tu garderas la bonne espérance, et tu recevras la grâce de Dieu, qui te sauvera de la colère à venir.

147. Celui qui comprend le sens mystique du mot de saint Paul, quand il dit que le combat se livre contre les esprits du mal (Cf. Eph 6,12), entendra aussi la parabole où le Seigneur affirme qu’il faut prier continuellement et sans jamais se lasser (Cf. Lc 18,1).

148. La loi ordonne symboliquement de travailler six jours et de se reposer le septième (Cf. Ex 20,9). C’est pourquoi l’œuvre de l’âme passe par les richesses, c’est-à-dire par la bienfaisance à même les choses. Mais le loisir et le repos de l’âme, c’est de tout vendre et de tout donner aux pauvres, selon la parole du Seigneur (Cf. Mt 18,21), puis, une fois le repos atteint, de se livrer à l’espérance spirituelle. C’est dans un tel repos que Paul aussi nous exhorte instamment à entrer, quand il dit : « Efforçons-nous d’entrer dans ce repos (Cf. Hb 4,11)».

149. Mais nous ne disons pas cela pour exclure le siècle à venir, ni pour limiter au siècle présent la rétribution universelle, mais parce qu’il faut d’abord avoir la grâce du Saint-Esprit à l’œuvre dans le cœur, pour entrer par là même dans le Royaume des cieux. C’est ce que montrait clairement le Seigneur, quand il a dit : « Le Royaume des cieux est au-dedans de vous (Cf. Lc 17,1). »

L’Apôtre l’a dit aussi : « La foi est le fondement de ce qu’on espère (Cf. Hb 11,1). » Et encore : « Courez de manière à remporter le prix (ICor 9,24). » Et : « Éprouvez-vous vous-mêmes, pour savoir si vous êtes dans la foi. Ne reconnaissez-vous pas que Jésus Christ demeure en vous ? A moins peut-être que vous ne soyez réprouvés (IICor 13,5). »

Publicités