Commentaire du Diatessaron, ch. 16, 9/23 ; SC 121

« ‘ Quel est le grand et le premier commandement de la Loi ? ‘ Jésus lui répond : ‘ Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, et ton prochain comme toi-même ‘ » (Mt 22,36-39). L’amour de Dieu nous épargne la mort, et l’amour de l’homme le péché, car personne ne pèche contre celui qu’il aime.

Mais quel est le cœur qui puisse posséder en plénitude l’amour pour ses proches ? Quelle est l’âme qui puisse faire fructifier en elle, à l’égard de tout le monde, l’amour semé en elle par ce précepte : « Aime ton prochain comme toi-même » ? Nos moyens sont incapables, par eux seuls, d’être les instruments de cette volonté rapide et riche de Dieu : seul y suffit le fruit de la charité semé par Dieu lui-même.

Dieu peut, de par sa nature, accomplir tout ce qu’il veut ; or il veut donner la vie aux hommes. Les anges, les rois et prophètes…sont passés, mais les hommes n’ont pas été sauvés – jusqu’à ce que descende des cieux Celui qui nous tient par la main et qui nous ressuscite.

Publicités