Première apologie, 1.30-31 (trad. OC, Migne 1994, p. 48)

A l’empereur Hadrien, Auguste César, et à Verissimus, son fils philosophe, et à Licius, philosophe, et au Sénat et à tout le peuple romain, en faveur des hommes de toute race qui sont injustement haïs et persécutés, moi l’un d’eux, Justin, de Néapolis [Naplouse] en Syrie de Palestine, j’adresse ce discours…

On nous objecte que celui que nous appelons le Christ n’est qu’un homme, né d’un homme, que les prodiges que nous lui attribuons sont dus à l’art de la magie et qu’il a réussi à se faire passer pour Fils de Dieu. Notre démonstration ne s’appuiera pas sur des on-dit, mais sur dés prophéties faites avant l’événement, auxquelles nécessairement nous devons croire : car nous avons vu et nous voyons encore se réaliser ce qui a été prédit…

Il y eut chez les juifs des prophètes de Dieu par lesquels l’Esprit prophétique annonça d’avance les événements futurs. Leurs prophéties furent soigneusement gardées telles qu’elles avaient été prononcées, par les rois successifs de Judée dans des livres écrits en hébreu de la main même des prophètes…

Or, nous lisons dans les livres des prophètes que Jésus, notre Christ, doit venir, qu’il naîtra d’une vierge, qu’il parviendra à l’âge d’homme, qu’il guérira toute maladie et toute infirmité, qu’il ressuscitera les morts, que méconnu et persécuté, il sera crucifié, qu’il mourra, qu’il ressuscitera et montera au ciel, qu’il est et sera reconnu Fils de Dieu, qu’il enverra certains annoncer ces choses dans le monde entier et que ce seront surtout les païens qui croiront en lui. Ces prophéties furent faites cinq mille, trois mille, deux mille, mille, huit cents ans avant sa venue car les prophètes se sont succédés les uns aux autres de génération en génération.

Publicités