Homélies sur la conversion prononcées à son retour de la campagne, n°1 (trad. DDB 1978, p. 27)

Gardons-nous de perdre tout espoir, mais évitons également de céder trop facilement à la nonchalance… Le désespoir empêche celui qui est tombé de se relever, et la nonchalance fait chuter celui qui est debout… Si la présomption nous précipite du haut des cieux, le désespoir nous précipite dans l’abîme infini du mal, alors qu’il suffit d’un peu d’espoir pour nous en arracher…

C’est ainsi que Ninive a été sauvée. Pourtant, la sentence divine prononcée contre les Ninivites était de nature à les plonger dans le désarroi, car elle ne disait pas : « Si vous vous repentez, vous serez sauvés », mais simplement : « Encore trois jours, et Ninive sera détruite » (Jon 3,4). Mais ni les menaces du Seigneur, ni les injonctions du prophète, ni la sévérité même de la sentence…n’ont fait fléchir leur confiance.

Dieu veut que nous tirions une leçon de cette sentence portée sans condition afin qu’instruits par cet exemple, nous résistions au désespoir tout comme à la passivité… En outre, la bienveillance divine ne se manifeste pas seulement à travers le pardon accordé aux Ninivites repentants…: le délai accordé atteste également sa bonté inexprimable.

Pensez-vous que trois jours auraient pu suffire pour effacer tant d’iniquité? La bienveillance de Dieu éclate derrière ces mots ; d’ailleurs, n’est-elle pas l’artisan principal du salut de toute la ville ? Que cet exemple nous préserve de tout désespoir. Car le diable considère cette faiblesse comme son arme la plus efficace, et, même en péchant, nous ne saurions lui faire de plus grand plaisir qu’en perdant espoir.

Advertisements