La Philocalie–Desclée de Brouwer/J.–C. Lattès, p. 380

73. Écoute ceux auxquels a été donné l’amour parfait. Entends ce qu’ils disent : « Qui nous séparera de l’amour du Christ ? L’affliction ? L’angoisse ? La persécution ? La faim ? Le dénuement ? Le danger ? L’épée ?

Selon qu’il est écrit, à cause de toi tout le jour nous sommes mis à mort, nous sommes considérés comme des brebis pour l’immolation. Mais en toutes ces épreuves, nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés. Car je suis sûr que ni la mort, ni la vie, ni les anges, ni les principautés, ni les puissances, ni le présent, ni l’avenir, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu qui est dans le Christ Jésus notre Seigneur (Rm. 8,35-39). »

74. Et sur l’amour du prochain, écoute aussi ce qu’ils disent : «Je dis la vérité dans le Christ, je ne mens pas, ma conscience m’en rend témoignage par le Saint Esprit : j’ai dans le cœur une grande tristesse et une douleur incessante. Je souhaiterais être moi-même anathème, séparé du Christ, pour mes frères, mes parents selon la chair, qui sont Israélites… (Rm. 9,1-4) », et la suite. De même Moïse (Cf. Ex. 32,32) et les autres saints.

75. Celui qui ne méprise pas la gloire et le plaisir, et l’amour de l’argent qui les fait croître et qu’ils engendrent, ne peut pas supprimer les raisons de l’ardeur. Et s’il ne les supprime pas, il lui est impossible d’atteindre l’amour parfait.

Publicités