La Philocalie–Desclée de Brouwer/J.–C. Lattès, t.2 – p. 817-818

Assieds-toi, tantôt sur un banc pour te donner de la peine, tantôt sur un lit pour détendre et soulager ton corps, et demeure patiemment dans cette position, autant que tu le peux, afin d’accomplir le commandement du divin Paul, qui demande de rester longtemps en prière, de « persévérer dans la prière » (Cf. Rm 12,12), de ne pas te hâter de te décharger de ta peine et de te relever, mais de faire patience, de garder la tête inclinée, de recueillir ton intelligence dans le cœur, et d’appeler à l’aide le Seigneur en disant : « Seigneur Jésus Christ, aie pitié de moi ».

Même si à la longue les épaules et la tête te font mal, persévère dans ces peines et, de tout ton amour et de tout ton désir, cherche le Seigneur dans ton cœur. Car le Royaume des cieux est à ceux qui se font violence à eux-mêmes. Ce sont les violents qui s’en emparent (Cf. Mt 10,12), comme l’a dit le Seigneur, voulant montrer par là quelle violence, quelle ardeur, quelles peines exige la prière. La persévérance en toute chose, voilà bien en effet ce qui suscite les peines dans l’âme et dans le corps.

Publicités