La Philocalie–Desclée de Brouwer/J.–C. Lattès, t.2 – p. 803

Celui qui connaît le besoin qu’il a de toutes ces choses et qui les demande à Dieu dans son grand amour, en disant le « Kyrie eleison », recevra sûrement ce qu’il demande et obtiendra la pitié du Seigneur et sa grâce divine.

Mais celui qui ne sait rien de ce que nous avons dit, et qui dit le « Kyrie eleison » seulement par habitude, il n’est pas possible qu’il reçoive jamais la pitié de Dieu. Car il a, au départ, reçu de Dieu de nombreuses grâces. Mais il ne les a pas reconnues, il n’a pas remercié Dieu de les lui avoir données.

Il a reçu la pitié de Dieu quand il a été créé, quand il a été fait homme. Il a reçu la pitié de Dieu quand il a été recréé par le saint baptême, quand il est devenu chrétien orthodoxe. Il a reçu la pitié de Dieu quand il a été délivré de tant de dangers de l’âme du corps qu’il a éprouvés durant sa vie. Il a reçu la pitié de Dieu toutes les fois qu’il lui a été donné de communier aux saints sacrements.

Il a reçu la pitié de Dieu toutes les fois ou il a péché envers Dieu et l’a meurtri sous ses fautes, et cependant n’a pas été détruit, n’a pas été châtié comme il aurait dû l’être. Il a reçu la pitié de Dieu quand, d’une manière ou d’une autre, il a bénéficié de la grâce divine et ne l’a pas reconnue. Mais il a tout oublié, il ne s’est pas du tout attaché au salut.

Comment donc un tel chrétien pourrait-il recevoir la pitié de Dieu, dès lors qu’il ne sent pas, qu’il ne reconnaît pas cette grâce qu’il a reçue de Dieu comme nous avons dit, et qu’il ne sait pas ce qu’il dit, et qu’il dit le « Kyrie eleison » sans but et sans finalité, par la seule force de l’habitude ?

Publicités