La Philocalie–Desclée de Brouwer/J.–C. Lattès, t.2 – p. 651-652

16. Vois les dons de Dieu qui ne reviens pas en arrière, et les grâces de Dieu que rien ne peut surpasser. Et réjouis-toi du miracle qui arrive alors divinement, si tu considère les choses que Dieu fait en Adam la première créature, et les choses plus hautes encore qu’il fait ensuite en nous.

Il insuffle en Adam un souffle de vie, la grâce de l’Esprit vivifiant. Ainsi Adam est devenu un homme parfait. Il est devenu une âme vivante (Cf. Gn. 2,7), et pas seulement une âme. L’âme de l’homme, en effet, n’est pas l’Esprit de Dieu, mais elle est devenue dans l’Esprit une âme vivante. Car l’Esprit Saint et vivifiant de Dieu devient en vérité, pour l’âme qui vit comme il faut, une âme douée de raison à l’image de Dieu. Mais l’Esprit de Dieu ne fait pas corps avec l’âme.

Hélas, celle-ci est tombée. Elle a perdu l’image de Dieu, et ce qu’il faut de vie à l’âme de raison. La bestialité, ou même la férocité, l’a malheureusement envahie. Sans Dieu, le Sauveur l’a dit, nous ne pouvons absolument rien faire (Cf. Jn 15,5) de ce que nous devons accomplir dans l’Esprit et dans le Christ. C’est pourquoi l’homme a été créé sans manque, c’est-à-dire total. Adam ne devint pas simplement une âme, mais une âme vivante. Car Dieu un insufflé en lui un souffle qui est la vie dans les âmes de raison.

Donc le souffle de Dieu insufflé en Adam a donné a celui-ci, autant qu’il était possible, une gloire bien réelle. Il a offert une gloire pareille à Dieu à celui qui participe en s’appliquant aux choses par la vision et la prophétie et se trouve être ainsi vraiment créateur avec Dieu et deuxième Dieu par la grâce, à travers les visions divines et les prophéties lumineuses, comme il a plu au Créateur de l’univers, au Créateur plus que sage.

Publicités