Ce propriétaire est sans aucun doute le Christ. Après sa résurrection, sur le point de remonter victorieusement vers le Père, il a appelé les apôtres et leur a confié la doctrine de l’Évangile, donnant à l’un plus, à l’autre moins, jamais trop ni trop peu, mais selon les forces de ceux qui la recevaient. De la même façon l’apôtre Paul dit qu’il a nourri de lait ceux qui ne pouvaient pas prendre une nourriture solide (1Co 3,2)…

Cinq, deux, un talents : comprenons par là soit les grâces différentes accordées à chacun, soit pour le premier les cinq sens, pour le second l’intelligence de la foi et les œuvres, pour le troisième la raison qui nous distingue des autres créatures.

« Celui qui avait reçu cinq talents s’en alla les faire valoir et en gagna cinq autres. » C’est-à-dire, à partir des sens physiques et matériels qu’il avait reçus, il a ajouté la connaissance des choses célestes ; son intelligence s’est élevée des créatures au Créateur, du corporel à l’incorporel, du visible à l’invisible, du passager à l’éternel.

« Celui qui en avait reçu deux en gagna deux autres. » Celui-là également, dans la mesure de ses forces, a doublé, à l’école de l’Évangile, ce qu’il avait appris à l’école de la Loi. Ou bien on pourrait dire qu’il a compris que l’intelligence de la foi et les œuvres de la vie présente mènent au bonheur à venir.

« Mais celui qui avait reçu un seul talent s’en alla faire un trou dans la terre et y enfouit l’argent de son maître. » Pris par les œuvres d’ici-bas, par les plaisirs de ce monde, le mauvais serviteur a négligé les commandements de Dieu. Notons cependant que, selon un autre évangéliste, il l’enroule dans un linge : on peut entendre par là qu’il a enlevé la vigueur à l’enseignement du maître par une vie de mollesse et de plaisirs…

C’est avec le même éloge que le maître accueille les deux premiers serviteurs, celui qui de cinq talents en avait fait dix et celui qui de deux en avait fait quatre. « Entre dans la joie de ton Maître, dit-il, et reçois ce que l’oeil n’a pas vu, ce que l’oreille n’a pas entendu, ce qui n’est pas monté au cœur de l’homme » (1Co 2,9). Quelle récompense plus grande peut-on accorder à un serviteur fidèle ?

Advertisements