Lettres des Pères du désert, spiritualité orientale n° 42, abbaye de Bellefontaine, p. 76

Lorsque le cœur se sent faible en tout ce que les ennemis lui font, alors le Dieu très bon, qui prend soin de sa créature, lui envoie de nouveau la force sainte. Il affermit son cœur, son corps et tous ses membres sous le joug du Paraclet, car lui-même a dit :  » Prenez sur vous mon joug, et apprenez de moi que je suis doux et humble de cœur » (Mt. 11,29).

Publicités