Saint Isaac le Syrien, Wensinck, 174 cité dans le Que sais-je – l’Église Orthodoxe, Olivier Clément édition 1991, p.115

« L’Esprit ne cesse de prier en lui [l’homme]… Tandis qu’il mange ou qu’il boit, qu’il se livre au travail, qu’il est plongé dans le sommeil, le parfum de la prière s’exhale spontanément de son âme… Ses pensées sont des motions divines, les mouvements de son intellect purifié sont des voix muettes qui chantent dans le secret cette psalmodie à l’Invisible »
Il a atteint la « prière pure », il est purement prière.

Publicités