L’appel de l’Esprit , Église et société. Monseigneur Georges Khodr, le sel de la terre – CERF, 2001p. 103

Comment peut-on appartenir à un seul Corps sans même se connaître ? Comment devenir un dans la coupe du salut si l’on n’est pas uni dans la vie courante ? L’Église est devenue le lieu où s’assemblent des multitudes. La multitude n’est pas une communauté de vie. Même si nous communions en même temps au corps du Christ, nous restons seuls dans notre coin si les autres participants nous sont étrangers.

Or, si nous ne nous appelons pas par notre nom, si nous ne partageons pas nos soucis réciproques après la liturgie, nous resterons étrangers les uns aux autres. Il n’y a pas de chaleur dans les multitudes. La chaleur émane d’une communauté réellement unie.

Advertisements