Saint Grégoire Palamas: de la Déification de l’être humain, Éditions l’Age d’Homme 1990, p. 96

« Entre vertu et amour pour Dieu apparaissent de constantes analogies : c’est en luttant contre ses passions et en s’exerçant à la pratique de la vertu que l’homme cultive son amour du bien, pour la source et la cause du bien, c’est-à-dire pour Dieu. D’ailleurs, comme l’a dit le Christ lui-même, celui qui observe les commandements de Dieu l’aime. En résumé l’amour pour Dieu est le commencement, le milieu et le sommet de la vie éthique du chrétien.

Advertisements