Catéchèse 27 ; SC 113 (trad SC p. 116-123 rev.)

Ceux qui sont amis de Dieu et qui l’aiment, qui le possèdent en eux comme le trésor inviolable de tout bien, accueillent les injures et les humiliations avec une joie et un bonheur inexprimables (Mt 5,10-12). Ils redoublent d’amour et d’un amour sincère pour ceux qui…leur font subir tout cela, comme des bienfaiteurs…

Celui qui n’a connu aucune chute, le Seigneur Jésus notre Dieu, a été frappé, pour que les pécheurs qui l’imitent non seulement reçoivent le pardon mais deviennent participants de sa divinité par leur obéissance. Celui qui n’accepte pas les affronts dans l’humilité de son cœur, celui qui a honte d’imiter les souffrances du Maître, le Christ aussi aura honte de lui, en présence des anges (Lc 9,26)…

Il a été giflé, couvert de crachats, crucifié… : frémissez, hommes, et tremblez, et supportez vous aussi avec joie les injures que Dieu a subies pour notre salut. Dieu reçoit une gifle du dernier des serviteurs (Jn 18,22) pour te donner un exemple de victoire ; et toi tu n’acceptes pas le même traitement de la part d’un de tes semblables ? Si tu as honte de devenir imitateur de Dieu, comment régneras-tu avec lui ? Si, en l’attendant, tu n’es pas patient dans les vexations, comment seras-tu glorifié avec lui dans le Royaume des cieux ?

Advertisements