Homélies sur l’évangile de Marc, n°8 ; SC 494 (trad. cf Marc commenté, DDB 1986, p. 85 et SC, p. 193)

« Ce n’était pas encore la saison des figues. » Dans sa lettre aux Romains, l’apôtre Paul donne une interprétation de ce passage : « Je ne veux pas, frères, que vous ignoriez ce mystère : c’est une cécité partielle qui est arrivée à Israël, jusqu’à ce que soit entrée la plénitude des nations. Et ainsi tout Israël sera sauvé » (Rm 11,25-26). Si le Seigneur avait trouvé des fruits sur ce figuier, la totalité des nations ne serait pas entrée. Mais puisque la totalité des nations est entrée, tout Israël finalement sera sauvé… Par ailleurs, on trouve ce passage dans l’Apocalypse de Jean : «De la tribu de Juda douze mille croiront ; de la tribu de Ruben douze mille croiront » et il en est de même des autres tribus (Ap 7,5-8). Au total, ils étaient cent quarante-quatre mille à croire…

Si Israël avait cru, notre Seigneur n’aurait pas été crucifié, et si notre Seigneur n’avait pas été crucifié, la foule des païens n’aurait pas été sauvée. Donc les juifs deviendront croyants, mais ils ne croiront qu’à la fin du monde. Pour eux, ce n’était pas la saison de croire en la croix… Leur incroyance, c’est notre foi ; leur chute a permis notre relèvement. Ce n’était pas le moment pour eux, afin que ce soit le nôtre.

 

Publicités