Lettre aux Corinthiens, 19-23 (trad. SC 167, p. 133s rev)

Fixons nos regards sur le Père et Créateur du monde entier ; attachons-nous à ses dons de paix et à ses bienfaits, magnifiques, incomparables. Contemplons-le par la pensée et considérons avec les yeux de l’âme la longue patience de ses desseins ; réfléchissons comme il agit paisiblement envers toute sa création… Car il répand ses bienfaits sur toute la création, mais à nous il les prodigue avec surabondance lorsque nous recourons à sa miséricorde…

Mais prenez garde, bien-aimés, que ses bienfaits si nombreux ne se transforment en condamnation pour nous, si nous ne vivons pas d’une manière digne de lui… Considérons combien il est proche, et que rien ne lui échappe de nos pensées et de nos délibérations intérieures. Il est donc juste que nous n’abandonnions pas notre poste contre sa volonté… Qu’elle ne soit pas pour nous la parole qui dit : « Malheur à ceux qui ont l’âme partagée, ceux qui doutent en leur âme, ceux qui disent : ‘Cela, nous l’avons entendu dire au temps de nos pères déjà ; mais voilà, nous avons vieilli et rien de cela ne nous est arrivé’. Ô insensés ! Comparez-vous à un arbre ; prenez un plant de vigne. D’abord il perd ses feuilles, puis naît un bourgeon, puis une feuille, puis une fleur, et après cela du raisin vert, puis la grappe mûre est là. » Voyez, en peu de temps le fruit de l’arbre arrive à maturité. En vérité, il sera rapide et soudain l’accomplissement de son dessein ! C’est ce qu’atteste aussi l’Écriture : « Il viendra rapidement ; il ne tardera pas » (Is 13,22) et : « Il viendra soudain dans son Temple le Seigneur, le Saint que vous attendez » (Ml 3,1).

 

 

Publicités