You are currently browsing the category archive for the ‘Saint Polycarpe de Smyrne’ category.

Les écrits des Pères Apostoliques, Foi Vivante – Les Éditions du CERF

Telle fut l’histoire du bienheureux Polycarpe, qui fut, avec les frères de Philadelphie, le douzième à souffrir le martyre à Smyrne; mais de lui seul on garde le souvenir plus que des autres, au point que partout les païens eux-mêmes parlent de lui. Il fut non seulement un docteur célèbre, mais aussi un martyr éminent, dont tous désirent imiter le martyre conforme à l’Evangile du Christ. Par sa patience, il a triomphé du magistrat inique, et ainsi il a remporté la couronne de l’immortalité; avec les Apôtres et tous les justes, dans l’allégresse, il glorifie Dieu, le Père tout puissant, et bénit notre Seigneur Jésus Christ, le sauveur de nos âmes et le pilote de nos corps, le berger de l’Eglise universelle par toute la terre.

Les écrits des Pères Apostoliques, Foi Vivante – Les Éditions du CERF

Le centurion, voyant la querelle suscitée par les juifs, exposa le corps au milieu et le fit brûler comme c’était l’usage. Ainsi nous pûmes plus tard recueillir ses osements plus précieux que des pierres de grand prix et plus précieux que l’or, pour les déposer en un lieu convenable. C’est là, autant que possible que le Seigneur nous donnera de nous réunir dans l’allégresse et la joie, pour célébrer l’anniversaire de son martyre, de sa naissance [au ciel], en mémoire de ceux qui ont combattu avant nous, et pour excercer et préparer ceux qui doivent combattre à l’avenir.

Les écrits des Pères Apostoliques, Foi Vivante – Les Éditions du CERF

Mais l’envieux, le jaloux, le mauvais, l’adversaire de la race des justes, voyant la grandeur de son témoignage et sa vie irréprochable dès le début, le voyant couronné de la couronne d’immortalité, et emportant une récompense incontestée, essaya de nous empêcher d’enlever son corps, bien que beaucoup d’entre nous voulussent le faire pour posséder sa sainte chair [Nous avons ici le premier témoignage de la vénération rendue aux reliques des martyrs]. Il suggéra donc à Nicétès, le père d’Hérode, le frère d’Alcè, d’aller trouver le magistrat pour qu’il ne nous livre pas le corps: « Pour qu’ils n’aillent pas, dit-il, abandonner le crucifié et se mettre à rendre un culte à celui-ci. » Il disait cela à la suggestion insistante des Juifs, qui nous avaient surveillés quand nous voulions retirer le corps du feu. Ils ignoraient que nous ne pourrons jamais ni abandonner le Christ qui a souffert pour le salut de tous ceux qui sont sauvés dans le monde, Lui l’innocent pour les pécheurs, – ni rendre un culte à un autre. Car Lui, nous l’adorons, parce qu’Il est le Fils de Dieu; quant aux martyrs, nous les aimons comme disciples et imitateurs du Seigneur, et c’est juste, à cause de leur dévotion incomparable envers leur Roi et Maître; puissions-nous, nous aussi, être leurs compagnons et leurs condisciples.

Les écrits des Pères Apostoliques, Foi Vivante – Les Éditions du CERF

A la fin, voyant que le feu ne pouvait consumer son corps, les impies ordonnèrent au confector [Personne chargée d’achever les fauves ou les blessés qui survivaient au combat] d’aller le percer de son poignard. Quand il le fit, jaillit une quantité de sang qui éteignit le feu, et toute la foule s’étonna de voir une telle différence entre les incroyants et les élus. Parmi ceux-ci fut l’admirable martyr Polycarpe qui fut, en nos jours, un maître apostolique et prophétique, l’évêque de l’église de Smyrne; toute parole qui est sortie de sa bouche s’est accomplie ou s’accomplira.

Les écrits des Pères Apostoliques, Foi Vivante – Les Éditions du CERF

Quand il eut fait monter cet amin et achevé sa prière, les hommes du feu allumèrent le feu. Une grande flamme brilla, et nous vîmes une merveille, nous à qui il fut donné de le voir, et qui avions été gardés pour annoncer aux autres ces événements. Le feu présenta la forme d’une voûte, comme la voile d’un vaisseau gonflée par le vent, qui entourait comme d’un rempart le corps du martyr; il était au milieu, non comme une chair qui brûle, mais comme un pain qui cuit, ou comme de l’or ou de l’argent brillant dans la fournaise. Et nous sentions un parfum pareil à une bouffée d’encens ou à quelque autre précieux aromate.

Les écrits des Pères Apostoliques, Foi Vivante – Les Éditions du CERF

On ne le cloua donc pas, mais on l’attacha. Les mains derrière le dos et attaché, il paraissait comme un bélier de choix pris d’un grand troupeau pour le sacrifice, un holocauste agréable préparé pour Dieu. Levant les yeux au ciel, il dit: « Seigneur, Dieu tout puissant, Père de Ton enfant bien-aimé, Jésus Christ, par qui nous avons reçu la connaissance de Ton nom, Dieu des anges, des puissances, de toute la crétion, et de toute la race des justes qui vivent en Ta présence, je Te bénis pour m’avoir jugé digne de ce jour et de cette heure, de prendre part au nombre de Tes martyrs, au calice de Ton Christ, pour la résurrection de la vie éternelle de l’âme et du corps, dans l’incorruptibilité de l’Esprit Saint. Avec eux, puissé-je être admis aujourd’hui en Ta présence comme un sacrifice gras et agréable, comme Tu l’avais préparé et manifesté d’avance, comme Tu l’as réalisé, Dieu  sans mensonge et véritable. Et c’est pourquoi pour toutes choses je Te loue, je Te bénis, je Te glorifie, par le grand prêtre éternel et céleste Jésus Christ, Ton enfant bien-aimé, par qui soit la gloire à Toi avec Lui et l’Esprit Saint maintenant et dans les siècles des siècles. Amin. »

Les écrits des Pères Apostoliques, Foi Vivante – Les Éditions du CERF

Alors les choses allèrent très vite, en moins de temps qu’il n’en fallait pour les dire: sur-le-champ la foule alla ramasser dans les ateliers et dans les bains du bois et des fagots, – les juifs surtout y mettaient de l’ardeur, selon leur habitude. Quand le bûcher fut prêt, il déposa lui-même tous ses vêtements et détacha sa ceinture, puis il voulut se déchausser lui-même: il ne le faisait pas auparavant, parce que toujours les fidèles s’empressaient à qui le premier toucherait son corps: même avant son martyre, il était toujours entouré de respect à cause de la sainteté de sa vie. Aussitôt donc, on plaça autour de lui les matériaux préparés pour le bûcher; comme on allait l’y clouer, il dit: « Laissez-moi ainsi: celui qui me donne la force de supporter le feu, me donnera aussi, même sans la protection de vos clous, de rester immobile sur le bûcher. »

Les écrits des Pères Apostoliques, Foi Vivante – Les Éditions du CERF

Voilà ce qu’il disait et beaucoup d’autres choses encore; il était tout plein de force et son visage se remplissait de grâce. Non seulement il n’avait pas été abattu ni troublé par tout ce qu’on lui disait, mais c’était au contraire le proconsul qui était stupéfait; il envoya son héraut au milieu du stade proclamer trois fois: « Polycarpe s’est déclaré chrétien. » Lire la suite »

Les écrits des Pères Apostoliques, Foi Vivante – Les Éditions du CERF

Le proconsul dit: « J’ai des bêtes, et je te livrerai à elles, si tu ne changes pas d’avis. » Il dit: « Appelle-les, il est impossible pour nous de changer d’avis pour passer du mieux au pire, mais il est bon de changer pour passer du mal à la justice. » Le proconsul lui répondit: « Je te ferai brûler par le feu, puisque tu méprises les bêtes, si tu ne changes pas d’avis. » Polycarpe lui dit: « Tu me menaces d’un feu qui brûle un moment et peu de temps après s’éteint; car tu ignores le feu du jugement à venir et du supplice éternel, réservé aux impies. Mais pourquoi tarder ? Va, fais ce que tu veux. »

Les écrits des Pères Apostoliques, Foi Vivante – Les Éditions du CERF

Et comme il insistait encore et disait: « Jure par la fortune de César », Polycarpe répondit: « Si tu t’imagines que je vais jurer par la fortune de César, comme tu dis, et si tu fais semblant de ne pas savoir qui je suis, écoute [je te le dis] franchement: Je suis chrétien. Et si tu veux apprendre de moi la doctrine du christianisme, donne-moi un jour, et écoute-moi. » Le proconsul répondit: « Persuade cela au peuple. » Polycarpe reprit: « Avec toi, je veux bien discuter; nous avons appris, en effet, à donner aux autorités et aux puissances établies par Dieu le respect convenable, si cela ne nous fait pas tort. Mais ceux-là, je ne les estime pas dignes que je me défende devant eux. »

Les écrits des Pères Apostoliques, Foi Vivante – Les Éditions du CERF

Quand Polycarpe entra dans le stade, une voix du ciel se fit entendre: « Courage, Polycarpe, et sois un homme. » Personne ne vit celui qui parlait, mais la voix, ceux des nôtres qui étaient là l’entendirent.

Enfin, on le fit entrer, et le tumulte fut grand quand le public apprit que Polycarpe était arrêté. Le proconsul se le fit amener et lui demanda si c’était lui Polycarpe. Il répondit que oui, et le proconsul cherchait à le faire renier en lui disant: « Respecte ton grand âge » et tout le reste qu’on a coutume de dire en pareil cas; « Jure par la fortune de César, change d’avis, dis: A bas les athées. » [visant ainsi les chrétiens]. Mais Polycarpe regarda d’un oeil sévère toute cette foule de païens impies dans le stade, et fit un geste de la main contre elle, puis soupirant et levant les yeux, il dit: « A bas les athées. » Le proconsul insistait et disait: « Jure, et je te laisse aller, maudis le Christ »; Polycarpe répondit: « Il y a quatre vingt six ans que je le sers, et il ne m’a fait aucun mal; comment pourrais-je blasphémer mon Roi qui m’a sauvé ? »

Les écrits des Pères Apostoliques, Foi Vivante – Les Éditions du CERF

Quand enfin, il cessa sa prière, dans laquelle il avait rappelé tous ceux qu’il avait jamais rencontrés, petits et grands, illustres ou obscurs, et toute l’Eglise répandue par toute la terre, l’heure étant venue de partir, on le fit monter sur un âne, et on l’emmena vers la ville; c’était jour de grand sabbat. L’iérarque Hérode et son père Nicétès vinrent au-devant de lui, et le firent monter dans leur voiture; assis à côté de lui, ils essayaient de le persuader en disant: « Quel mal y a-t-il à dire: César est Seigneur, à sacrifier, et tout le reste, pour sauver sa vie ? » Lui, d’abord, ne répondit pas, et, comme ils insistaient, il dit: « Je ne ferai pas ce que vous me conseillez. » Alors, ne réussissant pas à le persuader, ils lui dirent toutes sortes d’injures, et ils le firent descendre de la voiture si précipitamment qu’il se déchira le devant de la jambe. Sans se retourner, et comme si rien ne lui était arrivé, il marchait allègrement; il allait vers le stade, et il y avait un tel tumulte dans le stade que personne ne pouvait s’y faire entendre.

Les écrits des Pères Apostoliques, Foi Vivante – Les Éditions du CERF

Prenant avec eux l’esclave, – c’était un vendredi vers l’heure du souper -, des policiers et des cavaliers, armés comme à l’ordinaire, partirent comme pour courir « après un bandit » (cf.Mt.26,55). Et tard, dans la soirée, survenant tous ensemble, ils le trouvèrent couché dans une petite chambre à l’étage supérieur. Il pouvait encore s’en aller dans une autre propriété, mais il ne le voulut pas et dit: « Que la volonté de Dieu soit faite. » Apprenant donc que les agents étaient là, il descendit et causa avec eux; ils s’étonnaient de son âge et de son calme, et de toute la peine qu’on prenait pour arrêter un homme aussi âgé. Aussitôt, à l’heure qu’il était, il leur fit servir à manger et à boire autant qu’ils voulaient; il leur demanda seulement de lui donner une heure pour prier à son gré. Ils le lui accordèrent, et debout [l’attitude de prière consiste à se mettre debout et à se tourner vers l’Orient], il se mit à prier, rempli de la grâce de Dieu au point que deux heures durant il ne put s’arrêter de parler [prier à haute voix], et que ceux qui l’entendaient en étaient étonnés et que beaucoup se repentirent d’être venus arrêter un si saint vieillard.

Les écrits des Pères Apostoliques, Foi Vivante – Les Éditions du CERF

Comme on continuait à le chercher, il passa dans une autre propriété, et aussitôt arrivèrent ceux qui le cherchaient. Ne le trouvant pas, ils arrêtèrent deux petits esclaves, et l’un d’eux, mis à la torture, avoua. Il lui était donc impossible d’échapper, puisque ceux qui le livraient étaient dans sa maison; et l’irénarque (chef de la police chargé d’arrêter les criminels, de les interroger, et de les remettre aux autorités de la cité), qui avait reçu le même nom qu’Hérode, était pressé de le conduire au stade; ainsi lui, il accomplirait sa destinée, en entrant en communion avec le Christ, tandis que ceux qui l’avaient livré recevraient le châtiment de Judas lui-même.

Les écrits des Pères Apostoliques, Foi Vivante – Les Éditions du CERF

Quant à l’admirable Polycarpe, tout d’abord il ne se troubla pas à ces nouvelles, mais il voulait rester en ville; mais la plupart cherchaient à le persuader de s’éloigner secrètement. Il se retira donc dans une petite propriété située non loin de la ville, avec un petit nombre de compagnons; nuit et jour il ne faisait que prier pour tous les hommes et pour les églises du monde entier, comme c’était son habitude. Et étant en prière, il eut une vision, trois jours avant d’être arrêté: il vit son oreiller entièrement brûlé par le feu; et se tournant vers ses compagnons il leur dit: « Je dois être brûlé vif. »

Les écrits des Pères Apostoliques, Foi Vivante – Les Éditions du CERF

Le diable machinait contre eux toutes sortes de supplices, mais grâce à Dieu, il ne put l’emporter contre aucun d’eux. Le généreux Germanicus fortifiait leur timidité par sa constance; il fut admirable dans la lutte contre les bêtes; le proconsul voulait le fléchir et lui disait d’avoir pitié de sa jeunesse; mais il attira sur lui la bête en lui faisant violence, voulant être plus vite délivré de cette vie injuste et inique. Alors toute la foule, étonnée devant le courage de la sainte et pieuse race des chrétiens, s’écria: « A bas les athées [l’accusation d’athéisme est fréquement portée contre les chrétiens parce qu’ils qui refusent d’adorer les dieux de la cité]; faites venir Polycarpe. »

Les écrits des Pères Apostoliques, Foi Vivante – Les Éditions du CERF

Bienheureux donc et généreux tous ces martyres qui sont arrivés selon la volonté de Dieu. Car il nous faut être assez pieux pour attribuer à Dieu la puissance sur toutes choses. Qui n’admirerait la générosité de ces héros, leur patience, leur amour pour le Maître ? Déchirés par les fouets, … ils demeuraient fermes si bien que les spectateurs eux-mêmes en gémissaient de compassion. Ils en  vinrent à un tel degré de courage que pas un d’entre eux ne dit un mot ni ne poussa un soupir. Attentif à la grâce du Christ, ils mépriasient les tortures de ce monde, et en une heure ils achetaient la vie éternelle… des yeux de leur coeur ils regardaient les biens réservés à la patience, biens que l’oreille n’a pas entendus, que l’oeil n’a pas vus, auxquels le coeur de l’homme n’a pas songé (1Cor. 2,9; Is. 64,3), mais que le Seigneur leur a montrés, à eux qui n’étaient plus des hommes, mais déjà des anges.

Les écrits des Pères Apostoliques, Foi Vivante – Les Éditions du CERF

Nous vous écrivons, frères, au sujet des martyrs et du bienheureux Polycarpe, qui, par son martyre, a pour ainsi dire mis le sceau à la persécution en la faisant cesser. Presque tous les évènements antérieurs sont arrivés pour que le Seigneur nous montre encore une fois un martyre conforme à l’Evangile. Comme le Seigneur, en effet, Polycarpe a attendu d’être livré, pour que nous aussi nous soyons ses imitateurs, sans regarder seulement à notre intérêt, mais aussi à celui du prochain (cf. Ph.2, 4). Car c’est le fait d’une charité vraie et solide que de ne pas chercher seulement à se sauver soi-même, mais aussi à sauver tous les frères.

Les écrits des Pères Apostoliques, Foi Vivante – Les Éditions du CERF

Vous m’avez écrit, vous et Ignace, pour que si quelqu’un va en Syrie, il emporte aussi votre lettre; je le ferai si je trouve une occasion favorable, soit moi-même, soit celui que j’enverrai pour vous représenter avec moi.

Comme vous nous l’avez demandé, nous vous envoyons les lettres d’Ignace, celles qu’il nous a adressées et toutes les autres que nous avons chez nous; elles sont jointes à cette lettre, et vous pourrez en tirer grand profit, car elles renferment foi, patience, et toute édification qui sa rapporte à notre Seigneur. Faites-nous savoir ce que vous aurez appris de sûr d’Ignace et de ses compagnons.

Les écrits des Pères Apostoliques, Foi Vivante – Les Éditions du CERF

Je suis assuré que vous êtes très versés dans les Saintes Lettres et que rien ne vous en est ignoré: moi je n’ai pas ce don. Il me suffit de vous dire, comme il est dit dans ces Écritures: « Mettez-vous en colère et ne péchez pas », et « que le soleil ne se couche pas sur votre colère » (cf. Ps.4,5; Ep.4,26). Heureux qui s’en souvient; je crois qu’il en est ainsi pour vous.

Que Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ, et Lui-même, le grand prêtre éternel, le Fils de Dieu, Jésus Christ, vous fassent grandir dans la foi et dans la vérité, en toute douceur et sans colère, en patience et longanimité, endurance et chasteté; qu’il vous donne part à l’héritage de ses saints, et à nous-mêmes avec vous, et à tous ceux qui sont sous le ciel, qui croient en notre Seigneur Jésus Christ et en Son Père qui l’a ressuscité d’entre les morts. Priez tous les saints. Priez aussi pour les rois, pour les autorités et les princes, et pour ceux qui vous persécutent et vous haïssent, et pour les ennemis de la Croix; ainsi le fruit que vous portez sera visible à tous, et vous serez parfaits en lui.

Les écrits des Pères Apostoliques, Foi Vivante – Les Éditions du CERF

J’ai été bien peiné au sujet de Valens, qui avait été quelque temps presbytre chez vous, [de voir] qu’il méconnait à ce point la charge qui lui avait été donnée. Je vous avertis donc de vous abstenir de l’avarice et d’être chastes et vrais. Abstenez-vous de tout mal. Celui qui ne peut pas se diriger lui-même en ceci, comment peut-il y exhorter les autres? Si quelqu’un ne s’abstient pas de l’avarice, il se laissera souiller par l’idolâtrie, et sera compté parmi les païens qui « ignorent le jugement du Seigneur » (Jr. 5,4), ou « ignorons-nous que les saints jugeront le monde », comme l’enseigne Paul (1Co. 6,2) ? Pour moi, je n’ai rien remarqué ou entendu dire de tel à votre sujet, vous chez qui a travaillé le bienheureux Paul, vous qui êtes au commencement de sa lettre. C’est de vous en effet qu’il « se glorifie devant toutes les églises » (2Th. 1,4) qui, seules alors, connaissent Dieu, nous autres nous ne le connaissions pas encore. Ainsi donc, je suis bien peiné pour lui et pour son épouse; « veuille le Seigneur leur donner un vrai repentir » (2Tm. 2,25). Soyez donc très modérés vous aussi en ceci, et « ne les regardez pas comme des ennemis » (2Th. 3,15), mais rappelez-les comme des membres souffrants et égarés, pour sauver votre corps tout entier. Ce faisant, vous vous faites grandir vous-mêmes.

Les écrits des Pères Apostoliques, Foi Vivante – Les Editions du CERF

Demeurez donc en ces sentiments, et suivez l’exemple du Seigneur, fermes et inébranlables dans la foi, aimant vos frères, vous aimant les uns les autres, unis dans la vérité , vous attendant les uns les autres dans la douceur du Seigneur, ne méprisant personne. Quand vous pouvez faire le bien, ne différez pas, car « l’aumône délivre de la mort » (Tb. 12,9). « Soyez tous soumis les uns les autres, gardant une conduite irréprochable parmi les païens, pour que vos bonnes œuvres » (1P. 2,12) vous attirent la louange, et que le Seigneur ne soit pas blasphémé à cause de vous. « Mais malheur à celui qui fait blasphémer le nom du Seigneur » (Is.52,5). Enseignez à tous la sagesse dans laquelle vous vivez vous-mêmes.

Les écrits des Pères Apostoliques, Foi Vivante – Les Editions du CERF

Je vous exhorte donc tous à obéir à la parole de justice, et à persévérer dans la patience que vous avez vue de vos yeux, non seulement dans les bienheureux Ignace, Zosime et Rufus, mais aussi en d’autres qui étaient de chez vous, et en Paul lui-même et les autres Apôtres; persuadés que tous ceux-là n’ont pas couru en vain (Ga.1,2; Ph.2,16), mais bien dans la foi et la justice, et qu’ils sont dans le lieu qui leur était dû près du Seigneur avec qui ils ont souffert.

« Ils n’ont pas aimé le siècle présent » (cf. 2Tm.4,10), mais bien celui qui est mort pour nous, et que Dieu a ressuscité pour nous.

Les écrits des Pères Apostoliques, Foi Vivante – Les Editions du CERF

Soyons donc sans cesse fermement attachés à notre espérance et au gage de notre justice, le Christ Jésus, « qui a porté nos fautes en Son corps sur le bois » (cf. 1P. 2,24), « qui n’a pas commis de péché et on n’a pas trouvé de fausseté en Sa bouche » (1P. 2,22); mais pour nous, pour que nous vivions en Lui, Il a tout supporté.

Soyons donc les imitateurs de sa patience, et si nous souffrons pour Son nom, rendons-Lui gloire. C’est ce modèle qi’Il nous a présenté en Lui-même, et c’est cela que nous avons cru.

Les écrits des Pères Apostoliques, Foi Vivante – Les Editions du CERF

« Quiconque, en effet, ne confesse pas que Jésus Christ est venu dans la chair, est un antéchrist » (cf. 1Jn. 4,2-3), et celui qui ne confesse pas le témoignage de la Croix est du diable, et celui qui détourne les dits du Seigneur selon ses propres désirs, et qui nie la Résurrection et le Jugement, est le premier-né de Satan. C’est pourquoi abandonnons les vains discours de la foule et les fausses doctrines, et revenons à l’enseignement qui nous a été transmis dès le commencement; restons sobres pour pouvoir prier (cf. 1P, 4,7), persévérons dans les jeûnes, suppliant dans nos prières le Dieu qui voit tout de ne pas nous laisser succomber à la tentation (Mt.6,1), car, le Seigneur l’a dit, « l’esprit est prompte, mais la chair est faible » (Mt. 26,41).

mars 2017
D L M M J V S
« Août    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

a

Flickr Photos

Pèlerinage au monastère du Buisson Ardent 2008

Pèlerinage au monastère du Buisson Ardent 2008

Pèlerinage au monastère du Buisson Ardent 2008

Pèlerinage au monastère du Buisson Ardent 2008

Pèlerinage au monastère du Buisson Ardent 2008

Pèlerinage au monastère du Buisson Ardent 2008

Pèlerinage au monastère du Buisson Ardent 2008

Pèlerinage au monastère du Buisson Ardent 2008

Pèlerinage au monastère du Buisson Ardent 2008

Pèlerinage au monastère du Buisson Ardent 2008

Plus de photos
Le christianisme orthodoxe..com. L'annuaire des sites web orthodoxes

Blog Stats

  • 231,253 hits
%d blogueurs aiment cette page :